Forum Amélie Nothomb
<iframe scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" src="http://www.deezer.com/fr/plugins/player?autoplay=true&playlist=true&width=700&height=240&cover=true&type=playlist&id=298541121&title=&app_id=undefined" width="700" height="240"></iframe>



Bienvenue sur le Forum Amélie Nothomb!

Pour accéder aux différentes rubriques, vous devez vous inscrire en cliquant ci-dessous sur "S'ENREGISTRER". Ceci vous permettra de rejoindre notre communauté pour discuter des différents livres d'Amélie Nothomb, partager des vidéos et des articles, ou encore discuter de l'actualité et de nos goûts culturels!
>>> Deux forums sont en accès libre sans inscription nécessaire pour les consulter: "Réflexions" et "Culture". Visitez-les si vous souhaitez découvrir le forum! >>>

Si vous êtes déjà membre du Forum Amélie Nothomb, connectez-vous en cliquant sur "CONNEXION".
Si vous avez perdu votre mot de passe ou votre nom d'utilisateur, cliquez en haut de la page d'accueil sur "CONTACTER L'ADMINISTRATEUR".
Si vous souhaitez seulement visionner la page d'accueil du forum, cliquez sur "NE PLUS AFFICHER".

A très bientôt!

L'équipe d'administration du Forum Amélie Nothomb.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Cinéma] Masters of HORROR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oscar.de.jarjayes
DÉSACTIVÉ
DÉSACTIVÉ


Inscription : 02/11/2006
Messages : 825

Age : 39 Masculin

Localisation : France

MessageSujet: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 23 Jan 2007 - 3:14

Voici que je me permets de faire un nouveau sujet, sur le cinéma que j'aime : les films d'horreur. Pourquoi un nouveau sujet? Parce qu'il me semble que ce genre le mérite.
Et, un évènement s'est produit en 2006, qui mérite d'être souligné : la sortie de la collection Masters of Horror. A savoir 13 films d'une heure chacun, par 13 réalisateurs différents. Il est interessant de noter qu'ils ont tous reçu le même budget, et ont joui d'une totale liberté dans le choix du script. "Carte blanche". C'est à Mick Garris, l'illustrateur de Stephen King, que l'on doit cette série. Il explique : "La série repose sur le principe de la totale liberté. Elle donne à chacun une autonomie optimale. Aucune censure. Le politiquement incorrect y est même fortement recommandé. Nous sommes là pour divertir un public adulte, pas pour participer à l'éducation de la jeunesse."
On ne saurait être plus clair.
Voici la liste des réalisateurs participants : Dario Argento, John Carpenter, Larry Cohen, Don Coscarelli, Joe Dante, Mick Garris (dont nous parlions) Stuart Gordon, Tobe Hooper, John Landis, William Malone, Lucky McKee, John McNaughton et le japonais Takashi Miike.

Bien sûr, il m'est impossible pour des raisons d'espace d'écrire la biographie et filmographie de chacun. Mais c'est pas l'envie qui m'en manque. Je prendrai donc un titre de cette série : Dreams in the Witch House qui est celui de Stuart Gordon. Pour deux raisons : il est très abordable (interdit aux moins de 12 ans seulement) et adapté d'une nouvelle d'H.P. Lovecraft (dieu-le-père de l'innomable quoi). Pitch : Walter, étudiant, loue une chambre pour écrire sa thèse sur la théorie des cordes, et donc des liens inter-dimentionnels. Dans une baraque pourrie, forcément. Il tombe plus ou moins amoureux de sa voisine, qui a un petit bébé. Un rat à tête humaine vient lui parler, dans ce qu'il croit être ses rêves... Tout est là : la sorcière, le Nécronomicon et ce rat étrange à tête d'homme, qui est à mon sens un peu trop comique pour faire vraiment peur. Mais c'est là le charme de Stuart Gordon, il contre-balance le gore par l'humour.

www.mastersofhorror.fr

Cet article est déjà très très long, et je n'ai encore parlé que de cette série... Et pas du reste. Je me dépèche, je me dépèche. Il va falloir faire un choix...

Jacques Tourneur : Oui, l'horreur et l'angoisse ne sont pas toutes jeunes... C'est un maître dans son genre. Les films de Jacques Tourneur sont fantastiques au sens propres du terme : avant la fin du film, on ne sait jamais si le personnage principal est fou ou s'il y a bien une dimension surréelle. De plus, selon le film, la réponse ne sera pas la même... Il est né à Paris le 12 novembre 1904 et mort à Bergerac le 19 décembre 1977, c'est un réalisateur français qui fit l'essentiel de sa carrière à Hollywood. Il obtient la nationalité américaine en 1919. Il est l'inventeur de l'effet-bus. Tourneur utilise pour la première fois cet effet dans le film La Féline, en 1942. L'héroïne est poursuivie par une présence menaçante, et traverse un parc de nuit, éclairé de loin en loin par un lampadaire. L'écran est rétréci par ces zones d'ombre, rapprochant le spectateur de l'action (par envahissement de l'écran par l'obscurité de la salle). Elle est toujours filmée marchant de la gauche de l'écran vers la droite. Elle accélère le pas progressivement, en se retournant vers la gauche de l'écran, d'où provient la menace. La tension monte progressivement. On entend des feulements, des bruits de pas. La scène se conclut par l'irruption d'un bus, de la droite de l'écran (donc allant dans le sens inverse de la marche de l'actrice), que l'on n'entend pas venir (rendant son irruption imprévisible encore plus brutale) ; le son du coup de frein est très proche d'un cri félin, et nous parvient avec retard, par rapport à l'image, ce qui contribue encore plus à faire sursauter le spectateur.
Si vous ne deviez voir qu'un film de Tourneur (un réalisateur qui s'appelle Tourneur, déjà, c'est trop marrant, non?) il faudrait que ce soit I walked with a zombie, je pense.

Jonh Carpenter : mon préféré, mon chouchou mon chéri à moi. Un grand réalisateur, et pas uniquement de films d'horreur. Fog par exemple est angoissant, mais sans plus. Il est bien entendu le papa de Michael Myers, le tueur d'Halloween, qui rattrappe toujours ses victimes en marchant, alors que celles-ci courent. Les génériques de Carpenter sont géniaux : son nom y apparait de nombreuses fois, puisque le plus souvent il produit, réalise et compose la musique en plus d'écrire le scénario... Un critique l'a baptisé "le maître de la Terreur" mais c'est très réducteur, au regard de l'ensemble de son oeuvre. Je passe sur Ghost of Mars, qui n'est, à mon sens, pas un "vrai" Carpenter.

George A. Romero : le réalisateur de La Nuit des Morts-Vivants... Comment oublier ce film de 1968, tourné en en noir et blanc et en 16mm, réalisé le week-end entre amis, et qui connaît un succès public et critique aussi inattendu que considérable. Chez Romero, comme chez ses illustres devanciers, Robert Wise (Le Jour où la terre s'arrêta) ou encore Don Siegel (L'Invasion des profanateurs de sepultures), le fantastique et l'horreur se doublent d'une parabole politique. Romero, comme John Carpenter d'ailleurs, se fait le chantre du côté obscur d'une Amérique paranoïaque. Il a travaillé avec Dario Argento sur la suite de ce film, Zombie (l'Aube des Morts), en 1978. Il a également bossé avec Stephen King lui-même, autre dieu-le-père de l'horreur.

Dario Argento : oui, oui, c'est bien le père d'Asia!! Il commence sa (grande) carrière en étant... critique de cinéma! 1975 : Les frissons de l'angoisse est largement considéré comme son chef-d'oeuvre. Particulièrement sanglant, le film permet au metteur en scène de collaborer pour la première fois avec l'actrice Daria Nicolodi, qui devient sa femme, sa muse et la mère de sa fille Asia.

Voilà, j'ai terminé avec les grands maîtres, en fait, non, mais là c'est vraiment beaucoup trop long, et il faut absolument que je vous parle du film que j'ai vu hier...

Silent Hill de Christophe Gans. Franchement, au départ, je me méfiais, d'une part parce que ce film est tiré d'un jeu vidéo, auquel je n'ai pas encore joué, et surtout, parce que Christophe Gans a signé le nullissime nanar à gros budget qui se nomme Le Pacte des loups.
Hé bien j'avais tort.
Jamais je n'avais vu un film aussi beau... Graphiquement c'est vraiment excellent. Le pitch : La petite Sharon est somnanbule, elle parle dans ses crises d'une ville, Silent Hill. Sa mère Rose, pour l'aider, décide de l'emmener là-bas. Arrivées dans la ville fantôme, sa fille s'enfuit, donc elle la cherche. Elle se retrouve dans une dimension peuplée de monstres, humanoïdes torturés, sur fond de chasse aux sorcières. Heureusement, Rose est accompagnée de Cybil, femme-flic super sexy, "tuff guy" de l'équipe, qui, émue par l'amour maternel de Rose, va tenter de l'aider à retrouver la petite.
Le rythme est génial, cette alternance ténèbres/accalmies, surtout au début du film, c'est angoissant à souhait. D'ailleurs, le film n'a rien de "gore" à proprement parler, et c'est pour cela qu'il fait vraiment peur. Quand il y a trop de boyaux, de sang ou de tortures, on finit par se détacher de l'écran et, à la limite, on se marre. Dans Silent Hill, on ne se marre pas du tout... Toutes les peurs, presque, sont présentes... Le feu, la douleur, les monstres-humains, les enfants-démons, les insectes grouillants... J'en passe et des pires.

Voilà j'ai presque fini. J'aurais aimé vous parlé de la, très bonne, série des Saw et vous dire "j'espère qu'il n'y aura pas un Saw 6", j'aurais adoré revenir sur le fantasme des enfants-démons et citer Rosemary's baby et l'Exorciste et ainsi vous faire partager mon interessante théorie sur ce sujet et ses rapports avec le baby-boom. J'aurais voulu vous parler des films de vampires et de la métaphore de l'homosexualité dans ce genre... J'aurais voulu faire le lien entre le complexe d'Oedipe et les loups-garous. Si j'avais pu, j'aurais fait le parallèle entre les Gremlins et l'adolescence (ils sont si mignons au début et après ils ont une iroquoise...). Avec un peu plus de temps et d'espace, j'aurais parlé de l'attirance inter-espèce dans la série-culte Alien (Dans l'espace, personne ne vous entend crier, héhé), ou bien j'aurais parlé du gentil-qui-devient-méchant-parce-qu'il-a-la-haine, à cause du racisme dans Candyman ou de la chasse aux sorcières dans Silent Hill. Je vous aurais fait part de ma spécialité : "Le mythe de Frankenstein ou le Golem revisité"... Mais je n'ai pas eu le temps.
Il y a encore tant et tant à dire...
J'espère que maintenant vous en savez un peu plus sur l'épouvante au cinéma, grâce à moi...

Oscar.
Revenir en haut Aller en bas
http://gnome.skyblog.com/
sigh

avatar

Inscription : 30/09/2005
Messages : 358


MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 23 Jan 2007 - 7:30

Je connais un forum qui parle essentiellement des films d'horreur. Il s'appelle Peplum.
Revenir en haut Aller en bas
Raindrop
Modératrice émérite
Modératrice émérite
avatar

Inscription : 21/02/2006
Messages : 1068

Age : 33 Féminin

Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 23 Jan 2007 - 16:50

Sujet génial !!
Malheureusement je ne suis pas assez avertie en films d'horreurs pour pouvoir donner un avis aussi intéressant que celui d’Oscar. D'ailleurs la plupart des films soi-disant "d’horreur" que j’ai pu voir sont plus ridicules qu’autre chose...

Par contre, certains films ont retenu mon attention :

Ce n’est pas non plus THE film d’horreur mais The Descent m’a particulièrement bien plut. J’ai adoré l’ambiance claustro, où l’on croit voir des choses bouger mais où l’on est pas sur, où l’on se sent observé et où l’on se sait suivit par on ne sait quelle créature, ça donne froid dans le dos...
Citation :
En plein milieu du massif des Appalaches, six jeunes femmes se donnent rendez-vous pour une expédition spéléologique.
Soudain, un éboulement bloque le chemin du retour. Alors qu'elles tentent de trouver une autre issue, elles réalisent qu'elles ne sont pas seules. Quelque chose est là, sous terre, avec elles... Quelque chose de terriblement dangereux décidé à les traquer une à une...
www.allocine.fr
Jouissif...

J’ai aussi adoré la série The Ring mais je parle là de la version japonaise. (Je n’ai même pas envie de voir la version américaine, j’ai trop peur d’être déçue).
Citation :
Un soir, seules à la maison, deux lycéennes se font peur en se racontant une mauvaise blague. Une étrange rumeur circule à propos d'une cassette vidéo qui, une fois visionnée, déclenche une terrible malédiction : une mort annoncée sept jours plus tard.
Après le décès de sa cousine Tomoko Oishi, Reiko Asakawa, une jeune journaliste, enquête, mais très vite le maléfice la rattrape
www.allocine.fr

L’ambiance est prenante et vraiment terrifiante. C’est une toute nouvelle forme de peur qui est mise en scène, si bien qu’on a du mal à savoir ce qui va arriver (alors que d’ordinaire je trouve la chute des films d’horreur plutôt prévisible). J’ai trouvé ce film très original. Avec un bémol cependant : je trouve l’épisode 2 quelque peu inutile. En revanche l’épisode 0 est mon préféré. On y apprend l’origine de cette créature étrange sortie tout droit d’une cassette vidéo. (il a quelques côtés silent hill d’ailleurs...)

J’ai bien sûr adoré Silent Hill. Tout comme Oscar j’ai moi-même hésité avant d’aller le voir mais c’était au contraire parce que je suis une grande amatrice du jeu vidéo et que j’avais peur d’être déçue, peur que l’ambiance ne soit pas bien retranscrite.
oscar.de.jarjayes a écrit:
Jamais je n'avais vu un film aussi beau... Graphiquement c'est vraiment excellent.
Je ne peux que confirmer. Lorsque je suis allé le voir au cinéma j’ai été frappée par la ressemblance avec le jeu vidéo. Les décors, l’ambiance, les personnages sont exactement ceux du jeu ! Même la bande originale est celle du jeu. Mais il n’y a pas de mystère : les réalisateurs du jeu ont mis la main à la pâte apparemment. C’est absolument magnifique.
oscar.de.jarjayes a écrit:
Le rythme est génial, cette alternance ténèbres/accalmies, surtout au début du film, c'est angoissant à souhait. D'ailleurs, le film n'a rien de "gore" à proprement parler, et c'est pour cela qu'il fait vraiment peur. Quand il y a trop de boyaux, de sang ou de tortures, on finit par se détacher de l'écran et, à la limite, on se marre. Dans Silent Hill, on ne se marre pas du tout... Toutes les peurs, presque, sont présentes... Le feu, la douleur, les monstres-humains, les enfants-démons, les insectes grouillants... J'en passe et des pires.
Moi aussi j’ai adoré ce rythme. C’est exactement comme dans le jeu (oui je me répète Ouf! ). On passe d’une dimension cauchemardesque à une dimension "normale", si bien qu’au final on se demande si c’est la ville qui est démoniaque ou si c’est le personnage qui devient fou. En fait je crois que je vais créer un topique sur le jeu parce que j’ai rarement été aussi prise par un jeu vidéo.
Pour le plaisir des yeux : Bande Annonce du Film

oscar.de.jarjayes a écrit:
Et, un évènement s'est produit en 2006, qui mérite d'être souligné : la sortie de la collection Masters of Horror. A savoir 13 films d'une heure chacun, par 13 réalisateurs différents. Il est interessant de noter qu'ils ont tous reçu le même budget, et ont joui d'une totale liberté dans le choix du script. "Carte blanche". C'est à Mick Garris, l'illustrateur de Stephen King, que l'on doit cette série. Il explique : "La série repose sur le principe de la totale liberté. Elle donne à chacun une autonomie optimale. Aucune censure. Le politiquement incorrect y est même fortement recommandé. Nous sommes là pour divertir un public adulte, pas pour participer à l'éducation de la jeunesse."
On ne saurait être plus clair.
Voici la liste des réalisateurs participants : Dario Argento, John Carpenter, Larry Cohen, Don Coscarelli, Joe Dante, Mick Garris (dont nous parlions) Stuart Gordon, Tobe Hooper, John Landis, William Malone, Lucky McKee, John McNaughton et le japonais Takashi Miike.
Alors ça, ça m’a l’air très intéressant !! Il va falloir que je me procure cette collection...

oscar.de.jarjayes a écrit:
Voilà j'ai presque fini. J'aurais aimé vous parlé de la, très bonne, série des Saw et vous dire "j'espère qu'il n'y aura pas un Saw 6", j'aurais adoré revenir sur le fantasme des enfants-démons et citer Rosemary's baby et l'Exorciste et ainsi vous faire partager mon interessante théorie sur ce sujet et ses rapports avec le baby-boom. J'aurais voulu vous parler des films de vampires et de la métaphore de l'homosexualité dans ce genre... J'aurais voulu faire le lien entre le complexe d'Oedipe et les loups-garous. Si j'avais pu, j'aurais fait le parallèle entre les Gremlins et l'adolescence (ils sont si mignons au début et après ils ont une iroquoise...). Avec un peu plus de temps et d'espace, j'aurais parlé de l'attirance inter-espèce dans la série-culte Alien (Dans l'espace, personne ne vous entend crier, héhé), ou bien j'aurais parlé du gentil-qui-devient-méchant-parce-qu'il-a-la-haine, à cause du racisme dans Candyman ou de la chasse aux sorcières dans Silent Hill. Je vous aurais fait part de ma spécialité : "Le mythe de Frankenstein ou le Golem revisité"... Mais je n'ai pas eu le temps.
Il y a encore tant et tant à dire...
Oh oui mais faites, faites mon cher Oscar !! Vos analyses me semblent tout à fait intéressantes et je meurs d’envie de le lire.

Je n’ai jamais vu la saga Saw. Je ne sais pas pourquoi, ça ne m’a jamais attiré... sans doute parce que quand je vois des séries de films aussi nombreux (Saw1, Saw2, Saw18,…) je me dit que le scénario ne doit pas être bien intéressant...

Personnellement je hais les films qui font du "gore" pour le plaisir. Me faire peur, oui !! et j’en redemande. Mais me faire vomir, non merci...
Revenir en haut Aller en bas
sigh

avatar

Inscription : 30/09/2005
Messages : 358


MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 23 Jan 2007 - 18:50

J'ai vu "Les poupées russes" de Cédric Klapisch récemment : c'était horrible.
Revenir en haut Aller en bas
oscar.de.jarjayes
DÉSACTIVÉ
DÉSACTIVÉ


Inscription : 02/11/2006
Messages : 825

Age : 39 Masculin

Localisation : France

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 23 Jan 2007 - 19:15

Bon, alors puisqu'on m'y encourage (merci chère Goutte de Pluie), j'aimerais beaucoup vous parler de Cigarette Burns qui est le Carpenter de la série Masters of Horror. Traduit en français La fin absolue du Monde.

Le pitch : Kirby est engagé par un riche commanditaire malade mental collectionneur pour retrouver la pellicule du film La fin absolue du Monde. Ce film a été projeté une seule fois, au festival de Sitges. Les spectateurs ont été pris d'une crise collective de violence, se sont entretués, et la salle a brûlé. Après cela le gouvernement a détruit la pellicule, ne se doutant pas que c'était l'originale et la seule copie. Mais ont-ils bien détruit ce film? Kirby, sérieusement endetté, va tout faire pour le retrouver, pour 200 000 $. "Ce n'est pas un film, c'est une balle tirée dans la pensée collective"...

C'est du Carpenter. Du bon Carpenter. Il y a un peu de "gore" à proprement parler, puisqu'on voit des viscères. Interdit aux moins de 16 ans, cette fois, mais je n'ai pas bien compris pourquoi... Faites-moi confiance, il ne fait pas si peur que cela. La mise en abîme est interessante, un film à propos d'un film... Dans la version française, ils portent tous deux le même nom, mais pas dans la vo. Cigarette burns : vous savez ce que c'est? Ce sont les petites marques en haut à droite de la pelloche (pour vous, de l'écran) qui indiquent au projectionniste qu'il doit changer la pellicule. Ce film d'une heure a été tourné en 10 jours. Pourtant il n'a rien d'une série B ou Z... Bien plus crédible et abouti que le Stuart Gordon de la même série dont je vous parlais plus haut. Pas le même style, disons. Carpenter est plus réaliste, et moins "old school".

Il est chouette de voir l'émulation entre tous ces réalisateurs, Carpenter passait juste après Gordon. On sent le "que le meilleur gagne", saine compétition je pense. C'est drôle parce que Carpenter nous dit le contraire :"Tout sur les Masters of horror est très malsain, leurs dîners, leurs relations personnelles, la compétition, tout cela est très malsain..."
Revenir en haut Aller en bas
http://gnome.skyblog.com/
Madame Musquin
Administratrice
Administratrice
avatar

Inscription : 28/08/2005
Messages : 3994

Age : 29 Féminin

Localisation : Rennes/Paris
Emploi : Prof de français
Lectures actuelles : Mémoire de fille, A Ernaux

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 23 Jan 2007 - 23:23

Oscar, vous qui êtes un spécialiste : avez-vous vu The Rocky Horror Picture Show ? L'acteur qui joue dedans est assez connu mais je serai incapable de me souvenir de son nom...
En tout cas j'ai lu le résumé et apparemment ça al'air bien effrayant Ouf! ; quel est votre avis sur ce film, si vous l'avez vu bien sûr ?

_________________
Mais tu peux pas sur un VSP à display rack, brancher un truc de 120 watts. Mais c'est glucose !
Revenir en haut Aller en bas
oscar.de.jarjayes
DÉSACTIVÉ
DÉSACTIVÉ


Inscription : 02/11/2006
Messages : 825

Age : 39 Masculin

Localisation : France

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mer 24 Jan 2007 - 4:14

The Rocky Horror Pictures Show de Jim Sharman et Richard O'Brien. Bien sûr que je l'ai vu, je l'ai même vu un nombre incalculable de fois, puisque si vous me cherchez vous pouvez me voir au Studio Galande à peu près chaque week-end.

Casting:

Docteur Frank-N-Furter : Tim Curry
Janet Weiss : Susan Sarandon
Brad Majors : Barry Botswick
Riff Raff : Richard O'Brien
Magenta : Patricia Quinn
Columbia : Nell Campbell
Rocky Horror : Peter Hinwood
Eddie : Meat Loaf
Le criminologue : Charles Gray

Vous vous plantez un peu, chère Dame Musquin, si vous croyez que vous allez trembler en regardant ce film. C'est en réalité une comédie musicale comique. Mais particulièrement réussie, et en réalité, ses rapport avec les vieilles productions de la RKO font qu'il a entièrement sa place ici, je me fais donc une joie d'en faire une brève analyse-critique-résumé-apologie dithyrambique et coetera.

Je tiens à rectifier une erreur largement partagée par tous les non-afficionados du Rocky (oh, Rocky! Janet! Brad! Janet! Doctor Scott! (trois fois)) ce n'est pas un film gay-friendly. C'est un film gay. SI ce terme mérite une existence, les histoires gays ne devraient pas avoir une place à part dans le cinéma.

Fiche technique :
Budget : 1, 2 million de $ (c'est rien)
Interdit aux moins de 12 ans
Couleur
Format du son : Mono
Format de projection : 1.85 : 1
Format de production : 35 mm
Tourné en : Anglais


L'acteur que vous avez reconnu, chère Dame Musquin, est certainement Barry Botswick, que vous avez dû voir un peu vieilli dans Spin City puisque c'est le maire. Hé oui. On le voit même faire une appartition dans un épidode de l'excellente série Cold Case dont le thème est, justement, le Rocky Horror.

Le pitch : Une nuit d'orage, la voiture de Janet et Brad, un couple coincé qui vient de se fiancer, tombe en panne. Obligés de se réfugier dans un mystérieux château, ils vont faire la rencontre de ses occupants pour le moins bizarres obsédés, qui se livrent à de bien étranges (et sexuelles) expériences.

Il y a dans ce film très complet absolument tout : musique rock entraînante et géniale, de Richard O'Brien, auteur du script. Sexe, mais suggéré seulement : pas de fesses à proprement parler. Extra-terrestres extras, créature digne d'un docteur Frank N Furter (oui, c'est ça une parodie de Frankenstein). En fait ce film est un hommage. Tourné en 1975 il revisite les clichés de la RKO qui avaient marqués les auteurs dans leur jeunesse. Dans le Rocky Horror Picture Show, il est fait de nombreuses références à des films de série B des années 50 ou même plus anciens, ne serait-ce que par la création d'un monstre : Frankenstein (et la coiffure de Space Magenta pour La fiancée de Frankenstein et par le nom de la Galaxie Transylvanie : Dracula.

Ajoutez à cela des chansons reprises en choeur par un public averti, heu, inverti, la débutante Susan Sarandon qui n'était pas encore l'actrice-culte de Thelma et Louise, de l'inceste frère/soeur, des lesbiennes/bi, du cannibalisme inter-espèce un meutre et un travesti et vous obtenez THE ROCKY (oh, Rocky! Janet! Brad! Janet! Doctor Scott!).
C'était d'abord un show de théâtre. Oui, oui. Le Rocky Horror Show est une comédie musicale, créée à Londres, le 16 juin 1973 et qui a inspiré le film The Rocky Horror Picture Show. Écrite par Richard O'Brien, elle a été montée par lui-même en collaboration avec le metteur en scène australien Jim Sharman, qui avait déjà dirigé des comédies musicales de rock dans les productions australiennes de Hair et de Jésus Christ Superstar.

Le tournage du film dura six semaines, avec les acteurs de la troupe originale du "Rocky Horror Show" avec en plus deux nouvelles vedettes du cinéma : Barry Bostwick (Spin City) et Susan Sarandon (Thelma & Louise) dans les rôles de Brad et Janet. Mais quand le film sortit ce fût un échec commercial, comme la production de Broadway qui s'interrompît après seulement quarante-cinq représentations. Mais pourquoi? Pourquoi? Parce que ça n'a pas duré. Le film a fait l'objet d'un véritable culte dans le monde entier dans le circuit de minuit dans lequel le public est devenu une part essentielle de l'action. Une anecdote en passant : Russell Crowe, l'inoubliable interprète de Gladiator, a joué le Rocky Horror Show en Australie pendant 2 ans.

I'm just a sweet transvestite
From Transsexual, Transylvania.


Sans la participation du public, le film est tout autre. Avant de me procurer le DVD sorti à l'occasion des 25 piges du ROCKY (oh, Rocky! Janet! Brad! Janet! Doctor Scott!) je n'avais en réalité pas tout compris à l'histoire, car les spectateurs sont quasiment toujours debout, devant les sous-titres, et hurlent, couvrant les paroles. Le fait d'avoir le Rocky bien au chaud chez moi me permit donc de le (re)découvrir comme un film réel, avec scénario construit. Une anecdote en passant : Tout le monde a remarqué l'horloge que Riff ouvre au moment de son Time Warp "It's astounding ;Time is fleeting;...", découvrant un squelette couvert de toiles d'araignées. Ce qui donne lieu à la blague inénarrable du "belge qui a gagné à cache-cache." Il s'agit d'un vrai cercueil de 2,09 m de haut, en ébène massif, qui date du 19 e siècle. Il a réellement contenu un corps. Il a appartenu à une certaine comtesse, Roselyn, et on dit que le squelette est celui de son secrétaire et amant italien. Elle ne s'était jamais consolée de sa mort et voyageait partout avec ses restes dans le cercueil qui, plus tard a été acheté par un magasin d'accessoires de théâtre et a été loué pour le Rocky, et autres, pour un clip d'Eurythmic's et plus récemment pour le film From Hell avec Johnny Depp. Le 15 mars 2002, ce cercueil-horloge a été vendu chez Sotheby's à Londres pour la somme de 35 000 £.

Hot patootie, bless my soul, I really love that rock 'n roll.

Le message du film est vraiment fort, et très sain malgré la décadence, aussi très sérieux par delà la rigolade. Le voici :
Don't dream it, be it.
Et, c'est vrai, en sortant de la projection, que vous soyez hétéro, hébéphile, travesti(e), bissexuel(le) lesbienne ou homo, vous n'aurez plus du tout envie que cela ne se passe que dans votre tête, vous appelerez votre mère et lui direz "maman, j'aime faire l'amour avec des japonaises de moins de 18 ans entre midi et deux" provoquant sa crise cardiaque immédiate et un héritage de dettes de jeu contractées au bridge dont vous vous seriez bien passé, mais au moins vous serez heureux. (Je ne fais pas d'apologie du sexe avec les mineurs là hein bien entendu, chacun son truc et vous ne saurez pas le mien)

Give yourself over to absolute pleasure.
Swim the warm waters of sins of the flesh.
Erotic nightmares, beyond any measure
And sensual daydreams to treasure forever.


Le film est même très bien réalisé malgré l'absence visible de moyens décents (décents lol pff). Il est aussi, je trouve, remarquable que le succès n'ait pas entraîné de suites à la noix et l'exploitation du filon Rocky n'est faites que par les adorateurs eux-mêmes. Une anecdote en passant : Susan Sarandon a passé une bonne partie du tournage à moitié nue et souvent mouillée (à cause de la piscine, à quoi pensiez-vous, dégoûtants!), et elle a failli être emportée par une double pneumonie qui nous eût privés de sa carrière magistrale. Elle nous confie à part cela s'être bien éclatée sur le tournage. Coquine, va.

Toucha toucha toucha touch me
I want to be dirty


Ce film est interdit aux moins de douze ans, aujourd'hui, car il me semble mais j'en suis pas sûr et n'ai pas envie de vérifier (quel gros flemmard) qu'il est passé par l'interdiction pure et simple aux mineurs de moins de 18 ans. Hé oui, je vous rappelle qu'aux Etats-Unis la majorité n'est atteinte qu'à 21 ans, d'où l'expression "mineurs de moins de 18 ans". La première fois que je l'ai vu je n'étais encore qu'un jeune puceau homme et j'étais vraiment ébahit par la richesse de la nuit parisienne dans le 5ème arrondissement, je crois bien que c'est là que je me suis décidé à ne jamais remettre un pied dans ma province natale, enfin peut-être pas mais ça fait bien. Une anecdote en passant : j'étais bourré.

C'est avec effroi (avec vous avez dit?) que je m'aperçois que je n'ai pas expliqué le coup du Studio Galande. C'est une salle de cinéma, rue Galande figurez-vous, où ce film est joué chaque vendredi et samedi, avec animations par une équipe de pros, dont j'ai la joie de ne jamais avoir fait partie, parce que je joue comme un pied et chante comme une casserole. Mais j'ai le plaisir de connaître très bien quelqu'un qui a fait partie de cette équipe un certain temps et est resté pote avec eux. Et pote avec moi, ce qui montre sa bravitude. Jojo, si tu m'entends, sache que je serai toujours là si tu n'as besoin de rien, et même si tu as besoin d'un verre, je suis prêt à tout pour toi mon Jojo. J'ai toujours ta bouteille de rosé tu sais que je n'en bois pas, si tu veux bien repasser la prendre avant que ce soit du vinaigre ce serait gentil de ta part. Ton Loupiac en revanche il n'y en a plus. Merci Jojo.

Pour conclure je ne recommande pas ce film aux eunuques, aux intégristes catholiques, aux personnes de moins de 12 ans d'âge (mental) aux islamistes, aux personnes souffrant d'une allergie à la poilade (plus rare que l'allergie aux poils de chat) aux homophobes ni aux phobiques des extras-terrestres. Les rabbins et les pasteurs ayant une vie sexuelle, je pense qu'il n'y a pas de contre-indication majeure. En règle générale, si dans les soirées déguisées vous êtes celui qui ne se déguise pas, si dans les dîners vous êtes celui qui fait la gueule, si quand tout le monde danse vous êtes celui qui reste assis : n'y allez pas.

Oscar
Revenir en haut Aller en bas
http://gnome.skyblog.com/
Madame Musquin
Administratrice
Administratrice
avatar

Inscription : 28/08/2005
Messages : 3994

Age : 29 Féminin

Localisation : Rennes/Paris
Emploi : Prof de français
Lectures actuelles : Mémoire de fille, A Ernaux

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mer 24 Jan 2007 - 11:35

oscar.de.jarjayes a écrit:
[u]

Pour conclure je ne recommande pas ce film aux eunuques, aux intégristes catholiques, aux personnes de moins de 12 ans d'âge (mental) aux islamistes, aux personnes souffrant d'une allergie à la poilade (plus rare que l'allergie aux poils de chat) aux homophobes ni aux phobiques des extras-terrestres. Les rabbins et les pasteurs ayant une vie sexuelle, je pense qu'il n'y a pas de contre-indication majeure. En règle générale, si dans les soirées déguisées vous êtes celui qui ne se déguise pas, si dans les dîners vous êtes celui qui fait la gueule, si quand tout le monde danse vous êtes celui qui reste assis : n'y allez pas.

Oscar
Hum, ça va, je ne fais partie d'aucune de ces catégories Laugh
En fait, l'acteur que j'ai reconnu était Tim Curry (il a joué dans Maman j'ai raté l'avion-hé oui, on a les références qu'on peut :p)
Merci pour toutes ces infos en tout cas Happy , je ne savais pas que c'était une comédie musicale Hein? , je tenterai de le voir, alors.

_________________
Mais tu peux pas sur un VSP à display rack, brancher un truc de 120 watts. Mais c'est glucose !
Revenir en haut Aller en bas
oscar.de.jarjayes
DÉSACTIVÉ
DÉSACTIVÉ


Inscription : 02/11/2006
Messages : 825

Age : 39 Masculin

Localisation : France

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Dim 28 Jan 2007 - 22:03

Bien je voudrais parler d'un film que j'ai vu récemment donc je l'ai bien en tête :
Cursed de Wes Craven
avec: Christina Ricci, Shannon Elizabeth, Judy Greer, Kristina Anapau, Jesse Eisenberg, Joshua Jackson, Mya, James Brolin, Portia de Rossi, Robert Forster...
Le scénario tient sur un ticket de métro. Deux jeunes gens, frère et soeur, se font mordre par un garou et doivent traquer le monstre et l'abattre pour annuler la malédiction.
Néanmoins : ce film est génial. Vaiment, on y croirait presque c'est très bien fait. Bon, le garou est un peu... Mal fait, ça dépend des angles de vue en fait, mais en général, tout le long du film, on y croit. Christina Ricci est très bien, très bonne. Son jeune et nerveux frère (Jesse Eisenberg) est crédible. Le coup de l'homo refoulé est un peu couru d'avance, mais bien trouvé et vraiment génial.
Là je vous parle comme si vous aviez vu le film...
Bon si vous aimez les Loups-Garous vous avez dû être bien déçus dans votre vie, car en général c'est très mal fait. Il faut dire que ce n'est pas facile... Un type qui se transforme en monstre-loup, même avec les images de sythèse, ce n'est pas évident à mettre à l'écran. Mais là... c'est réussi. Ce film relève vraiment le niveau de tous les nanars de garou que vous avez pu voir. Pourtant, le film n'a pas vraiment été fait sérieusement si je peux dire. C'est même une sorte de pardoie de film de garous, mais qui dépasse en qualité certains films de garous, vous voyez? Etonnant, hein?
A un moment, vous verrez le monstre faire avec son doigt "fuck" à la caméra, ce qui est un peu la métaphore pour dire "ouais je fais de la m... pour l'argent mais je vous enc..." et en même temps c'est très bon. C'est justement ce côté-là qui me plaît dans le film. A tel point que je ne l'ai pas regardé comme un nanar, mais comme un vrai bon film à effets spéciaux, qui auraient pu être mieux faits je vous l'accorde.
Mais à Wes Craven, on pardonne tout, car il est Wes Craven.

Genre : Horreur
Durée : 96 min
Format du film : 35 mm
Format image : 2.35
Couleur
Production : Dimension Films / Craven-Maddalena Films
Sortie salles françaises : 29/06/2005
Budget : 35 millions de $
Lieux de tournage : Los Angeles, Californie, USA.


La critique s'est montrée assassine avec ce film... Et la sortie discrète. Heureusement il a pu profiter de la fête du cinéma cette année-là. Mais bon, quand on voit ce qui sort comme nullités que tout le monde encense, et quand on aime les garous et Wes Craven, on ne peut qu'avoir envie de faire preuve d'indulgence. C'est un bon film, la seule chose que je peux vraiment lui reprocher, c'est qu'il n'y a qu'une scène d'horreur, rapidement expédiée au début du film, et ensuite on n'a plus peur du tout. (Déjà qu'on avait pas eu très peur...) Mais il y a des âmes sensibles, qui ont peut-être envie de se faire un peu peur quand même. Je dirai, pour conclure que ce film est fait pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
http://gnome.skyblog.com/
Ma

avatar

Inscription : 27/10/2006
Messages : 168

Age : 26 Féminin

Localisation : Paris
Emploi : Lycéenne (il ne manque que le salaire)

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Sam 21 Avr 2007 - 20:16

Le Rocky mériterait une toile à lui tout seul ...
Je reviens du cinéma parisien qui le joue toute l'année, les vendredi et samedi soir, de façon EXTREMEMENT intéractive, (les partouzes dans la salle, enfin une merveille), je ne suis pas déçue, tellement pas que je leur ai laissé mon numéro pour un remplacement. En plus c'était le spécial élection ... alors bon ...

Hic : faites attention si vous voulez y aller : les "animateurs" (car a la base, ils ne sont pas acteurs, mais animateurs) changent selon le vendredi ou le samedi ! je me suis faite enrôlé au cas ou pour un vendredi mais le samedi .. j'ai cours ! le samedi est donc souvent bondé : ça commence a 22h10 environ, c'est 7€80, et c'est à St Michel, ce sont de charmants bénévols, et en plus après, on va tous boire un coup (d'eau hein) dans un bar réservé pas loin avec les animateurs !
Si c'est pas beau ça ...
Revenir en haut Aller en bas
oscar.de.jarjayes
DÉSACTIVÉ
DÉSACTIVÉ


Inscription : 02/11/2006
Messages : 825

Age : 39 Masculin

Localisation : France

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Lun 23 Avr 2007 - 0:51

Ange a écrit:
Le Rocky mériterait une toile à lui tout seul ...
Je reviens du cinéma parisien qui le joue toute l'année, les vendredi et samedi soir, de façon EXTREMEMENT intéractive, (les partouzes dans la salle, enfin une merveille), je ne suis pas déçue, tellement pas que je leur ai laissé mon numéro pour un remplacement. En plus c'était le spécial élection ... alors bon ...

Hic : faites attention si vous voulez y aller : les "animateurs" (car a la base, ils ne sont pas acteurs, mais animateurs) changent selon le vendredi ou le samedi ! je me suis faite enrôlé au cas ou pour un vendredi mais le samedi .. j'ai cours ! le samedi est donc souvent bondé : ça commence a 22h10 environ, c'est 7€80, et c'est à St Michel, ce sont de charmants bénévols, et en plus après, on va tous boire un coup (d'eau hein) dans un bar réservé pas loin avec les animateurs !
Si c'est pas beau ça ...

L'équipe du vendredi est plus sympa que l'équipe du samedi, ou bien est-ce le contraire, enfin moi je les aime tous. Celle qui joue Columbia est tellement mignonne... Le samedi ou le vendredi? Enfin, elle est vraiment charmante. Elle trouve que je ressemble à Elijah Wood, en plus. Peut-être que sur un malentendu ça pourrait marcher? Bon, j'y retourne la semaine prochaine, je dois lui faire savoir que Mister Frodo est célibataire en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
http://gnome.skyblog.com/
Ma

avatar

Inscription : 27/10/2006
Messages : 168

Age : 26 Féminin

Localisation : Paris
Emploi : Lycéenne (il ne manque que le salaire)

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Lun 23 Avr 2007 - 16:27

Si on parle de la même, en effet, elle est très jolie. Il paraît qu'il y a 2 semaines, elle a joué Franck Laugh (vendredi 13, c'est pour ça !)
Revenir en haut Aller en bas
audeyssa



Inscription : 15/04/2007
Messages : 949

Age : 27 Féminin

Emploi : lyceenne

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Mar 24 Avr 2007 - 19:27

super idée de sujet! moi aussi j'adore les films d'horreur
Revenir en haut Aller en bas
http://samerveilleux.skyblog.com
oscar.de.jarjayes
DÉSACTIVÉ
DÉSACTIVÉ


Inscription : 02/11/2006
Messages : 825

Age : 39 Masculin

Localisation : France

MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   Sam 28 Avr 2007 - 15:37

SAM a écrit:
super idée de sujet! moi aussi j'adore les films d'horreur

Bien !
Je vais continuer alors. Justement normalement ce soir je me fais une soirée Horror (avec une amie qui s'appelle... Aurore !) donc vous aurez des nouvelles des bons films qui font frémir.
Revenir en haut Aller en bas
http://gnome.skyblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Cinéma] Masters of HORROR   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Cinéma] Masters of HORROR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Masters of Horror (2) - The Damned Thing
» Masters of Horror (2) - The Black Cat
» Masters of Horror (2) - Right To Die
» Masters of Horror (2) - Pelts
» [Masters of horror] Jenifer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Amélie Nothomb :: Petite Pause :: Culture-
Sauter vers: