Forum Amélie Nothomb
<iframe scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" src="http://www.deezer.com/fr/plugins/player?autoplay=true&playlist=true&width=700&height=240&cover=true&type=playlist&id=298541121&title=&app_id=undefined" width="700" height="240"></iframe>



Bienvenue sur le Forum Amélie Nothomb!

Pour accéder aux différentes rubriques, vous devez vous inscrire en cliquant ci-dessous sur "S'ENREGISTRER". Ceci vous permettra de rejoindre notre communauté pour discuter des différents livres d'Amélie Nothomb, partager des vidéos et des articles, ou encore discuter de l'actualité et de nos goûts culturels!
>>> Deux forums sont en accès libre sans inscription nécessaire pour les consulter: "Réflexions" et "Culture". Visitez-les si vous souhaitez découvrir le forum! >>>

Si vous êtes déjà membre du Forum Amélie Nothomb, connectez-vous en cliquant sur "CONNEXION".
Si vous avez perdu votre mot de passe ou votre nom d'utilisateur, cliquez en haut de la page d'accueil sur "CONTACTER L'ADMINISTRATEUR".
Si vous souhaitez seulement visionner la page d'accueil du forum, cliquez sur "NE PLUS AFFICHER".

A très bientôt!

L'équipe d'administration du Forum Amélie Nothomb.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
encredelune

avatar

Inscription : 10/02/2009
Messages : 959

Age : 31 Féminin


MessageSujet: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Jeu 13 Juin 2013 - 11:06

Bonjour cher tous!!

Alors, suite à notre petit échange de blagues dans le sujet coup de gueule/coeur, je rebondis sur l'idée, je lance un petit débat, histoire de nous faire patienter un peu en attendant les nouvelles infos sur le dernier bébé d'Amélie Nothomb.

Alors: considérez-vous qu'Hygiène de l'assassin est une forme de manifeste qui "dévoile" tout ce qui suivra dans l'oeuvre Nothombienne?
Revenir en haut Aller en bas
burlybrawl

avatar

Inscription : 18/12/2009
Messages : 2886

Age : 47 Masculin

Localisation : Rennes
Emploi : Maquettiste PAO chez Bayard Editions
Lectures actuelles : "Soyez imprudents les enfants" de Véronique Ovaldé.

MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Jeu 13 Juin 2013 - 21:14

il y a une thématique que l'on va retrouver tout au long de son oeuvre : la laideur, les rapports humains et souvent amoureux, les situations assez rocambolesques présentes dans ses romans.
Après dans le style, ce sont les scènes de dialogues très présentes et que l'on retrouvera dans bcp de ses romans...
C'est notamment son roman le plus long en nombre de pages publié à ce jour... A t-elle tout mis dans ce roman et qu'ensuite (là ce sont les mauvaises langues qui parlent dans la presse écrite) hormis ses autobio, le reste ne serait que redite...

voilà ce qu'il me vient comme ca pour un premier jet, sans réflexion approfondie.
Revenir en haut Aller en bas
Madame Musquin
Administratrice
Administratrice
avatar

Inscription : 28/08/2005
Messages : 3994

Age : 29 Féminin

Localisation : Rennes/Paris
Emploi : Prof de français
Lectures actuelles : Mémoire de fille, A Ernaux

MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Ven 14 Juin 2013 - 10:21

Il peut être perçu comme un manifeste concernant les idées que le livre met en avant, je trouve, comme par exemple ce qui concerne la figure de l'écrivain, "qu'on ne devrait jamais rencontrer", les propos misogynes de Pretextat qu'on retrouve dans ses autres livres, la fascination pour la mort...il contient en germe toute la suite de son oeuvre (enfin là je n'invente rien^^). Après, de là à dire que c'est un manifeste, je ne sais pas, mais il annonce bien ses autres livres.

_________________
Mais tu peux pas sur un VSP à display rack, brancher un truc de 120 watts. Mais c'est glucose !
Revenir en haut Aller en bas
encredelune

avatar

Inscription : 10/02/2009
Messages : 959

Age : 31 Féminin


MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Ven 14 Juin 2013 - 11:01

@Madame Musquin:

C'est pour ça que j'ai mis forme de manifeste, le terme manifeste me semblait excessif... mais je rejoins ton opinion.
Revenir en haut Aller en bas
nausicaa

avatar

Inscription : 01/09/2005
Messages : 715

Age : 35 Féminin

Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Ven 14 Juin 2013 - 21:16

Excellent topic, encredelune ! ça faisait longtemps qu’un nouveau sujet intéressant ne s’était pas créé dans la section « réflexions », en plus ! Je savais qu’avec ta grande sagesse, tu serais une réanimatrice d’enfer Smile

Avant de donner mon propre avis sur la question, je voudrais juste rappeler qu’Amélie elle-même a validé l’idée que HA est bien son manifeste littéraire. Elle l’a notamment dit dans son entretien audio avec L. Amanieux pour autrementdit.net : « C’est mon manifeste, mon programme […] c’est un peu la prophétie de tout ce que je vais écrire ».

Amélie a aussi préfacé – et donc cautionné – le livre d’Aleksandra Desmurs « Le roman Hygiène de l’assassin, foyer manifestaire de l’œuvre d’Amélie Nothomb » (Praelego, 2009). Dans la préface, Amélie écrit : « Le passage le plus étourdissant est selon moi le manifeste lui-même. C’est ce long chapitre où l’auteure n’a conservé que les phrases d’Hygiène de l’assassin qui pourraient figurer dans un manifeste : véritable morceau de bravoure que j’ai lu en écarquillant les yeux. J’ai beau déclarer partout depuis des années qu’Hygiène est mon manifeste, je ne me rendais pas compte à quel point c’était vrai. »

Dans ce livre, A. Desmurs cite une lettre que lui a adressée Amélie (p. 29) : « Oui, Hygiène de l’assassin est mon manifeste littéraire. Il n’est pas aussi précis et systématique que, par exemple, le manifeste du Surréalisme, mais c’est mon manifeste décousu. […] Mais c’est aussi un manifeste de par son style : le livre propose son propre style, ce dialogue-électrochoc, comme manifeste littéraire ».

A partir de là, c’est un peu difficile de dire que ce n’est pas son manifeste littéraire, mais je suis plutôt d’accord avec l’expression « forme de manifeste », qui me semble meilleure que « manifeste » tout court.  

Il y a certains éléments dans HA qui ne « collent » pas, à mon avis, avec l’idée de manifeste. Pour moi, un manifeste, au sens propre, est un texte que l’auteur écrit dans le but de faire connaitre son projet et son programme littéraires. Je pense que même si HA annonce en effet beaucoup de choses qui suivront dans l’œuvre d’AN, il n’a pas été écrit « pour » développer un programme et annoncer la suite. En plus, même si on y trouve des éléments qui annoncent la suite, il ne faudrait pas non plus tout surinterpréter dans ce sens. Par exemple, il me semble que plusieurs thèmes abordés dans HA seront développés dans plusieurs romans sortis ensuite, mais certainement pas dans tous : Acide sulfurique, Le fait du prince, Tuer le père, par exemple, me semblent très loin d’HA (et je ne parle pas qu’en termes de qualité J ). En plus, HA est de l’ordre de la « pure » fiction, donc il n’annonce pas du tout un pan très important de l’œuvre à venir, qui est l’autobiographie.

Mais à part ces restrictions, il y a quand même beaucoup d’éléments qui apparentent HA à un manifeste. Je cite en vrac quelques éléments qui me viennent à l’esprit (désolée pour le côté fourre-tout). Déjà, c’est un roman qui parle d’un écrivain et de littérature, donc le contexte est plutôt favorable pour exprimer sa conception de la littérature. Elle y exprime à la fois sa conception de l’écrivain et celle du lecteur : l’écrivain doit être celui qui a une plume, une « bite », des « couilles », une « main » etc., le lecteur doit, lui, éviter d’être un « lecteur-grenouille » et doit pouvoir se laisser imprégner par ce qu’il lit et en être changé. Je crois qu’AN ne pouvait pas expliquer plus clairement sa vision idéale du rôle de l’écrivain (et donc d’elle-même) et de la bonne lecture.

A côté de ça, HA inaugure aussi des thèmes et des sujets qui reviendront par la suite. Les prénoms originaux, tout d’abord (Prétextat et Léopoldine), et l’explication de ces prénoms à l’intérieur même du roman. Même le prénom Adèle, qui sera par la suite celui d’un des personnages de Mercure, est déjà évoqué comme étant un très beau prénom. Autre élément qui reviendra par la suite : la laideur et l’obésité du personnage, par opposition à la belle jeune fille, qui se double d’une relation bourreau/victime entre les deux. Le fait que Tach se mette à écrire après avoir perdu celle qu’il aime annonce déjà tous les livres où l’écriture est la conséquence de la perte (perte de l’enfance et du Japon dans les autobiographies, perte de ses repères dans Les Catilinaires), mort de la femme aimée (Attentat), … Le refus du passage à l’âge adulte, la célébration de l’enfance annoncent évidemment un des thèmes essentiels des livres autobiographiques. L’enfance de Prétextat et Léopoldine, qui vivent leur amour en vase clos dans un jardin et dans les lacs, préfigure déjà toute la symbolique attachée par la suite à l’eau et au jardin, conçu comme un Eden. Le thème du double fait aussi déjà son apparition : Tach voit Nina à la fois comme son propre avatar et comme une réincarnation de Léopoldine. Aussi, Tach est déjà un exemple de personnage passionné par la lecture et citant beaucoup d’auteurs : il annonce à la fois tous les personnages de lecteurs passionnés qui peupleront les livres suivants, et la manie de la citation qui a longtemps été caractéristique de l’écriture d’AN (c’est nettement moins le cas maintenant). Le snobisme des milieux littéraires et intellectuels, dénoncé dans HA, réapparaîtra plus tard dans Attentat et dans Les Combustibles. A travers les propos mysogynes de Tach, on trouve aussi une critique féministe de la société, qui sera plus ou moins discrètement présente par la suite, notamment dans les écrits autobiographiques, dans Mercure et dans Cosmétique. HA inaugure aussi déjà la série des petits clins d’œil à la Belgique, puisque Tach souffre du syndrome d’Elzenveiverplatz, qui est une déformation d’Elsene vijver plaats.

D’un point de vue stylistique aussi, HA est annonciateur, puisqu’il est à peu près entièrement dialogué, comme le seront beaucoup des livres d’AN ensuite. Dans Péplum, elle fait même dire au personnage d’A.N. qu’elle était plutôt « dialoguiste » que romancière. 
Revenir en haut Aller en bas
burlybrawl

avatar

Inscription : 18/12/2009
Messages : 2886

Age : 47 Masculin

Localisation : Rennes
Emploi : Maquettiste PAO chez Bayard Editions
Lectures actuelles : "Soyez imprudents les enfants" de Véronique Ovaldé.

MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Ven 14 Juin 2013 - 21:38

waouh ! bravo Nausicaa pour cette formidable intervention, je n'aurais pas été capable d'aller si loin dans l'explication. Chapeau bas !

et je suis bien d'accord avec ce que tu écris !
Revenir en haut Aller en bas
Cnémide

avatar

Inscription : 12/04/2011
Messages : 57

Féminin


MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Mar 18 Juin 2013 - 19:10

Très belle réponse de Nausicaa, en effet !
Mais finalement, ne pourrait-on pas dire qu'un écrivain écrit toujours le même livre, qu'il creuse son sillon, titre après titre ?
Revenir en haut Aller en bas
burlybrawl

avatar

Inscription : 18/12/2009
Messages : 2886

Age : 47 Masculin

Localisation : Rennes
Emploi : Maquettiste PAO chez Bayard Editions
Lectures actuelles : "Soyez imprudents les enfants" de Véronique Ovaldé.

MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Dim 30 Juin 2013 - 18:35

Amélie lors du début de l'entretien qu'elle a accordé au "Marathon des Mots" à Toulouse, a reconnu ouvertement que son premier roman était bien son manifeste et qu'il recellait toute son oeuvre à venir...
Revenir en haut Aller en bas
warrior



Inscription : 02/04/2008
Messages : 3


MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Mer 3 Juil 2013 - 17:40

D'ailleurs elle dit qu'elle accomplira exactement le même parcours que Pretextat Tach, or il s'arrête à son 23e roman c'est bien ça ? Sans compter la suspicion du "cadavre dans le placard" toujours sous-jacente.
Revenir en haut Aller en bas
burlybrawl

avatar

Inscription : 18/12/2009
Messages : 2886

Age : 47 Masculin

Localisation : Rennes
Emploi : Maquettiste PAO chez Bayard Editions
Lectures actuelles : "Soyez imprudents les enfants" de Véronique Ovaldé.

MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   Mer 3 Juil 2013 - 18:07

warrior a écrit:
D'ailleurs elle dit qu'elle accomplira exactement le même parcours que Pretextat Tach, or il s'arrête à son 23e roman c'est bien ça ? Sans compter la suspicion du "cadavre dans le placard" toujours sous-jacente.

oui alors ca on verra bien... personnellement je n'y crois pas trop. Elle a aussi confié un jour dans une interview qu'elle publierait un TRES GROS roman... Elle qui réduit l'écriture de ses romans au maximum depuis des années (et elle ne s'en cache pas de le dire et de répéter cette méthode d'écriture quand on le lui demande) ca me surprendrait bcp...

l'avenir nous le dira:happy: 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hygiène de l'assassin: le manifeste d'une oeuvre?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Nothomb, Amélie] Hygiène de l'assassin
» Nothomb Amélie - Hygiène de l'assassin
» HYGIENE DE L'ASSASSIN d'Amélie Nothomb
» Création Perso Spé : Altaïr (Assassin's Creed)
» Assassin's Creed Brotherhood III - [Xbox360/PC/PS3]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Amélie Nothomb :: Amélie Nothomb | Ecrits :: Réflexions-
Sauter vers: