Forum Amélie Nothomb
<iframe scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" src="http://www.deezer.com/fr/plugins/player?autoplay=true&playlist=true&width=700&height=240&cover=true&type=playlist&id=298541121&title=&app_id=undefined" width="700" height="240"></iframe>



Bienvenue sur le Forum Amélie Nothomb!

Pour accéder aux différentes rubriques, vous devez vous inscrire en cliquant ci-dessous sur "S'ENREGISTRER". Ceci vous permettra de rejoindre notre communauté pour discuter des différents livres d'Amélie Nothomb, partager des vidéos et des articles, ou encore discuter de l'actualité et de nos goûts culturels!
>>> Deux forums sont en accès libre sans inscription nécessaire pour les consulter: "Réflexions" et "Culture". Visitez-les si vous souhaitez découvrir le forum! >>>

Si vous êtes déjà membre du Forum Amélie Nothomb, connectez-vous en cliquant sur "CONNEXION".
Si vous avez perdu votre mot de passe ou votre nom d'utilisateur, cliquez en haut de la page d'accueil sur "CONTACTER L'ADMINISTRATEUR".
Si vous souhaitez seulement visionner la page d'accueil du forum, cliquez sur "NE PLUS AFFICHER".

A très bientôt!

L'équipe d'administration du Forum Amélie Nothomb.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Haikus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FractaleJill

avatar

Inscription : 09/07/2009
Messages : 41

Age : 34 Féminin

Localisation : Anywhere out of the world
Lectures actuelles : La vie devant soi (Romain Gary), Le Liseur (Bernard Schlink)

MessageSujet: Haikus   Mer 15 Juil 2009 - 22:49

Les haikus sont de petits poèmes japonais en trois vers très codifiés comme le rappelle justement wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ha%C3%AFku

Aimez vous les haikus?

Pour ma part je possède trois recueils de haikus: deux florilèges de poètes nippons (un poche gallimard et un poche points que je recommande) ainsi qu´un recueil de Natsume Soseki...

Voici mes haikus préférés (la liste est longue!), quels sont les votres?

********************************************************

Le printemps file-

Parmi l’armoise

Des os humains

Seifu-ni

********************************************************

Jour de brume-

Les nymphes du ciel

Auraient-elles le vague à l’âme ?

Issa

*******************************************************

Pluies de printemps

Le sentier est devenu

Invisible

Buson

******************************************************

Dans mon chapeau en bambou

Aussi

Une fuite ?

Santoka

*******************************************************

Foulant la verdure

Je foule

Un banc de nuages

Bôsha

********************************************************

La lune passe à l’ouest

L’ombre des fleurs

S’étire à l’est

Buson

********************************************************

De quel arbre en fleur

Je ne sais Mais quel parfum

Bashô

********************************************************

La branche en fleur du prunier

Accorde son parfum

A qui l’a brisée

Chiyo-ni

********************************************************

Dans tout le soir un seul bruit

Celui de la chute

Des blanches fleurs de camélia

Rankô

********************************************************

Elle tombe

La fleur de camélia

Au plus noir du vieux puits

Buson

********************************************************

Quand les pruniers fleurissent

Les belles du bordel

Achètent des ceintures

Buson

********************************************************

Sous les fleurs d’un monde flottant

Avec mon riz brun

Et mon saké blanc

Bashô

********************************************************

Averse de pétales-

Je voudrais boire

L’eau des brumes lointaines !

Issa

********************************************************

Puisqu’il le faut

Entraînons-nous à mourir

A l’ombre des fleurs

Issa

********************************************************

Le vent des montagnes

Dans la clochette

Un puissant désir de vivre

Santoka

********************************************************

Azalées en fleurs

On enlève les cailloux

Quel bonheur !

Buson

********************************************************

Champs et montagnes

Mouillés de pluie

Une aube fraîche

Shiki

********************************************************

Un monde

Qui souffre

Sous un manteau de fleurs

Issa

********************************************************

Mille petits poissons blancs

Comme si frétillait

La couleur de l’eau

Raizan

********************************************************

Pour le mont Fuji

Elles coassent

Les grenouilles aux culs alignés

Issa

********************************************************

Prépare-toi à la mort

Prépare-toi

Bruissent les cerisiers en fleurs

Issa

********************************************************

Squelettes

Enveloppés de soie

Nous contemplons les fleurs

Onitsura

********************************************************

La lampe éteinte

Les étoiles fraîches

Se glissent par la fenêtre

Sôseki

********************************************************

Sur les îles

Des lumières s’allument

La mer au printemps

Shiki

********************************************************

A chaque pétale qui tombe

Les branches du prunier

Vieillissent

Buson

********************************************************

Les moineaux

Jouent à cache-cache

Parmi les plants de thé

Issa

********************************************************

Le papillon

Posé sur la cloche du temple

Endormi

Buson

*******************************************************

Des mâts alignés

En face d’une île

Dans le brouillard

Hokushi

********************************************************

Valsent les papillons-

Je parle

Avec les morts

Hakkô

********************************************************

Le papillon voletant-

Je me sens moi-même

Une créature de poussière

Issa

********************************************************

Elle soutient un match

De regards avec moi

La grenouille

Issa

********************************************************

Les amours du chat

Oublieux même du riz

Qui colle à ses moustaches

Taigi

*******************************************************

Nuit brève-

Combien de jours

Encore à vivre ?

Shiki

********************************************************

Nuit d’été-

Le bruit de mes socques

Fait vibrer le silence

Bashô

********************************************************

Le vent de l’été

Apporte dans ma soupe

Des pivoines blanches

Ryokan

********************************************************

Pourquoi ne pas mourir

En mordant dans une pomme

Face aux pivoines.

Shiki

********************************************************

Au fond de la jarre

Sous la lune d’été

Une pieuvre rêve

Bashô

********************************************************

Me voilà

Là où le bleu de la mer

Est sans limite

Santoka

********************************************************

Eaux profondes

Bruit des faucilles aiguisées

Tranchant les roseaux

Buson

********************************************************

Averse d’été

Une femme solitaire

Rêve à la fenêtre

Kikaku

*******************************************************

Sur la pointe d’une herbe

Devant l’infini du ciel

Une fourmi

Hôsai

*******************************************************

Pour écouter les insectes

Pour écouter les humains nous ne mettons pas

Les mêmes oreilles

Wafû

******************************************************

Sur le pont suspendu

En désordre

Les traits de la pluie fraîche

Shiki

********************************************************

Des belles-de-nuit

La jeune vierge

Se fait un mouchoir

Issa

*******************************************************

Ecarte-toi s’il te plaît

Et laisse moi planter ces bambous

O crapaud !

Chora

********************************************************

Claire lune automnale

Les lapins traversent

Le lac Suwa

Buson

*******************************************************

Profonde solitude

Je bouge mon ombre

Histoire de voir

Hosai

*******************************************************

Sur une branche dépouillée

Un corbeau

Ce soir d’automne

Bashô

********************************************************

Soir d’automne-

Il est un bonheur aussi

Dans la solitude

Buson

*******************************************************

De la lune

Tombe toute seule

Une feuille de kaki

Santoka

*******************************************************

Minuit passé-

La Voie Lactée

S’incline sur un bambou

Shiki

********************************************************

Le voleur parti

N’a oublié qu’une chose,

La lune à la fenêtre

Ryokan

******************************************************

Sur une pierre

La libellule

Rêve en plein jour

Santôka

********************************************************

Cœur

Blanchi par la pluie

Carcasse battue par les vents

Bashô

********************************************************

Au point du jour

En tourbillons de brume

La voix de la cloche

Bashô

*******************************************************

Il givre et grésille-

Sans fin sans fond

La solitude

Jôsô

********************************************************

Appuyé contre l’arbre nu

Aux rares feuilles

Une nuit d’étoiles

Shiki

********************************************************

Après avoir contemplé la lune

Mon ombre avec moi

Revint à la maison

Sodô

*******************************************************

A la lumière qu’on allume

Les ombres des poupées

Une ombre pour chacune

Shiki

***************************************************

Des feuilles mortes

Venues d’ailleurs en tourbillon-

L’automne à sa fin

Shiki

*******************************************************

Le grand jour blanc

Me dénude l’âme-

Feuilles morte

Suiha

*******************************************************

Sur ce pont suspendu

Nos vies s’enroulent

Aux sarments de lierre

Bashô

********************************************************

Seul reste debout

Le portail du monastère

Sur la lande d’hiver

Shiki

*******************************************************

Dans la froide rafale

Une solitaire lune

Roule à travers le ciel

Meisetsu

********************************************************

Plus émouvantes encore

A la lumière des lanternes

Les prières des nuits froides

Buson

*******************************************************

La flamme de la lampe

J’ai grillé

Mon pinceau gelé

Tairo

*******************************************************

Comme il est admirable

Celui qui ne pense pas : « La Vie est éphémère »

En voyant un éclair

Bashô

****************************************************

Le vent d’hiver souffle

Les yeux des chats

Clignotent

Yasô

*******************************************************

Un bouddha dans la lande

Au bout de son nez

Une stalactite

Issa

*******************************************************

Seul je le traverse

Dans le froid clair de lune-

Le pont vibrant

Taigi

*******************************************************

Immobile est la flamme

Une sphère arrondie

De solitude hivernale

Yaha

*******************************************************

Et maintenant

Allons contempler la neige

Jusqu’à tomber d’épuisement !

Bashô

********************************************************

Déjà je l’imagine

Tombant sur mon cadavre

La neige

Kyoshi

********************************************************

Seule dans la lande à nu

Elle surgit rauque

La voix des morts

Biwao

*******************************************************

Comme écartant du pied ce qui fit

Sans un regard en arrière

L’année s’en va

Sentaku

*******************************************************

Assise sur une balançoire

Victime de la Bombe

La petite fille est morte

Shigeru

********************************************************

Tous là

Sur cette plaine-

Maquillés de blanc

Kan’ichi

********************************************************

Du morse dans la nuit-

Le vent

Envoie un SOS

Kenshin

*******************************************************

et mes préférés de Natsume Soseki:

**************************************

Mon amour a la couleur de la nuit

Couleur des ténèbres

Que vient visiter la lune

**************************************

Dans l’air vibre la corde Silence tendu silence rompu

Chute mate d’une fleur de camélia

**************************************

L’automne s’en va coule le temps

Seuls demeurent

Les nuages

**************************************

Une seule étoile au ciel

Qui trouverait le sommeil

Dans la nuit glacée

***************************************

Quatre murs nus

Seule une lampe

Pour adoucir la chambre glacée

***************************************

Premiers frimas

La montagne retentit de la lame

Qui coupe les bambous

***************************************

Au bout de mon pinceau

Glacée

S’est figée une goutte d’eau

***************************************

Fleur d’un soir

Ephémère et mélancolique

Qui demain ne sera plus

***************************************

J’aimerais renaître

Si c’était possible

Aussi modeste qu’une violette

***************************************

Lune solitaire

Abandonnée à la nuit

Qui donc vous regarde

**************************************

Journée d’automne

D’où vient cette froideur le coeur se serre

A l’heure de la séparation

**************************************

Par la vitre du train de nuit

Des taches blanches

Fleurs de prunier ?

***************************************

Bruissement soyeux

Manches frôlées robes qui chuchotent

Pruniers en fleur

**************************************

Me voici seul

Seul sur la mer

Que le vent balaie

*************************************

O le froid

Qui étreint celui qui monte

Seul se coucher à l’étage

**************************************

Entre les feuilles du volubilis

Un reflet

Les prunelles du chat

**************************************

Les fleurs sont tombées

Des pétales déchirés le courant a emporté

Jusqu’à l’ombre

**************************************

Sous mes yeux près de mon pinceau

Une libellule rouge s’est posée

Quelle âme accompagnait-elle ?

**************************************

La lampe reste allumée

Claire est la chambre

Mais combien longue est la nuit

*************************************

Remplissez son cercueil

De tous les chrysanthèmes du monde

Autant que la terre en peut fleurir

*************************************

Lumière éteinte

Du ciel limpide une étoile se détache

Et entre par la fenêtre

***************************************

Averse de printemps

L’un contre l’autre ils vont

Un parapluie pour deux
Revenir en haut Aller en bas
http://danscemondeflottant.free.fr
 
Haikus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HAIKUS POLITIQUES
» haikus à illustrer..pour les filles de LINDA.
» Haiku
» HAIKU : SOLITUDE
» Haiku

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Amélie Nothomb :: Petite Pause :: Culture-
Sauter vers: