Forum Amélie Nothomb
<iframe scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" src="http://www.deezer.com/fr/plugins/player?autoplay=true&playlist=true&width=700&height=240&cover=true&type=playlist&id=298541121&title=&app_id=undefined" width="700" height="240"></iframe>



Bienvenue sur le Forum Amélie Nothomb!

Pour accéder aux différentes rubriques, vous devez vous inscrire en cliquant ci-dessous sur "S'ENREGISTRER". Ceci vous permettra de rejoindre notre communauté pour discuter des différents livres d'Amélie Nothomb, partager des vidéos et des articles, ou encore discuter de l'actualité et de nos goûts culturels!
>>> Deux forums sont en accès libre sans inscription nécessaire pour les consulter: "Réflexions" et "Culture". Visitez-les si vous souhaitez découvrir le forum! >>>

Si vous êtes déjà membre du Forum Amélie Nothomb, connectez-vous en cliquant sur "CONNEXION".
Si vous avez perdu votre mot de passe ou votre nom d'utilisateur, cliquez en haut de la page d'accueil sur "CONTACTER L'ADMINISTRATEUR".
Si vous souhaitez seulement visionner la page d'accueil du forum, cliquez sur "NE PLUS AFFICHER".

A très bientôt!

L'équipe d'administration du Forum Amélie Nothomb.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Littérature] La mort de l'auteur par Barthes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antigone

avatar

Inscription : 10/01/2009
Messages : 438

Age : 30 Féminin

Emploi : sage-femme

MessageSujet: [Littérature] La mort de l'auteur par Barthes   Mer 20 Mai 2009 - 0:15

« La mort de l’auteur » :
Ce que Barthes explique, conformément au structuralisme, c’est que l’auteur n’existe pas. Il n’est qu’une invention moderne.

L’auteur est un personnage moderne, produit sans doute par notre
société dans la mesure où, au sortir du Moyen Age, avec l’empirisme
anglais, le rationalisme français, et la foi personnelle de la Réforme,
elle a découvert le prestige de l’individu, ou, comme on dit plus
noblement de la « personne humaine ».

Il est donc logique que, en matière de littérature, ce soit le
positivisme, résumé et aboutissement de l’idéologie capitaliste, qui
ait accordé la plus grande importance à la « personne » de l’auteur.
L’auteur règne encore dans les manuels d’histoire littéraire, les
biographies d’écrivains, les interviews des magazines, et dans la
conscience même des littérateurs, soucieux de joindre, grâce à leur
journal intime, leur personne et leur œuvre ; l’image de la littérature
que l’on peut trouver dans la culture courante est tyranniquement
centrée sur l’auteur, sa personne, son histoire, ses goûts, ses
passions ; la critique consiste encore, la plupart du temps, à dire que
l’œuvre de Baudelaire, c’est l’échec de l’homme Baudelaire, celle de
Van Gogh, c’est sa folie, celle de Tchaïkovski, c’est son vice :
l’explication de l’œuvre est toujours cherchée du côté de celui qui l’a
produite, comme si, à travers l’allégorie plus ou moins transparente de
la fiction, c’était toujours finalement la voix d’une seule et même
personne, l’auteur, qui livrait sa confidence.

D’après Barthes, on postule l’auteur comme étant à la source du texte
et l’on cherche à en rendre compte en terme d’intention, comme si le
dernier mot de l’interprétation devait être donné au nom qui s’impose
en caractères gras sur la couverture.

Or, ce que Barthes recommandera, c’est de faire l’économie de l’auteur
comme principe explicatif. « LA NAISSANCE DU LECTEUR DOIT SE PAYER DE
LA MORT DE L'AUTEUR ». Si un texte ne peut exister indépendamment de
l’existence de celui qui l’a écrit - car comment aurait-il pu être
rédigé ? -, il existe encore moins indépendamment de l’existence du
lecteur qui le lit. Un texte n’existe que s’il est lu. En somme, le
dernier mot revient non pas à celui qui l’a rédigé mais à celui qui le
déchiffre. Ce n’est pas l’auteur qui crée son œuvre ; c’est le lecteur
qui, à force de perpétuelles relectures, crée une Idée de l’œuvre, une
Idée de l’auteur. Aussi, un écrit ne devient une partie de l’œuvre d’un
auteur que s’il s’avère conforme à l’Idée que l’on se fait de l’œuvre
et de l’auteur.

Si demain on découvrait un manuscrit écrit de la main de Roland Barthes
(l’homme) mais ne correspondant pas au style de Barthes (l’écrivain)
pourrait-il être délibérément omis de ses œuvres complètes (qui pour le
coup ne le seraient plus) ? Ce n’est pas impossible. Le nom de l’auteur
sert somme toute de désignateur à son travail. Dire avoir « lu tout
Roland Barthes » signifie avoir lu ses œuvres, non l’homme. De même,
découvrir que La mort de l’auteur est de la main d’un autre changerait
la conception de Barthes-écrivain, mais pas de Barthes-l’homme.
L’auteur est donc construit à partir de ses écrits, et non l’inverse.
L’auteur n’est plus à l’origine du texte ; celui-ci provient du langage
lui-même. Le « je » qui s’exprime, c’est le langage, pas
l’auteur.(Wikipédia)

Pour Barthes, Barthes n’existe pas. C’est au lecteur de le créer. C’est au lecteur de décider quels textes il a écrit, ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Madame Musquin
Administratrice
Administratrice
avatar

Inscription : 28/08/2005
Messages : 3994

Age : 29 Féminin

Localisation : Rennes/Paris
Emploi : Prof de français
Lectures actuelles : Mémoire de fille, A Ernaux

MessageSujet: Re: [Littérature] La mort de l'auteur par Barthes   Mer 20 Mai 2009 - 16:42

J'ai lu ce texte il y a deux ans mais j'avoue ne pas adhérer à tout ce qu'il affirme. Il y a quand même un auteur derrière chaque texte, il ne surgit pas comme par miracle !

_________________
Mais tu peux pas sur un VSP à display rack, brancher un truc de 120 watts. Mais c'est glucose !
Revenir en haut Aller en bas
Antigone

avatar

Inscription : 10/01/2009
Messages : 438

Age : 30 Féminin

Emploi : sage-femme

MessageSujet: Re: [Littérature] La mort de l'auteur par Barthes   Mer 20 Mai 2009 - 18:33

c'est cette idée qui me plait "Si un texte ne peut exister indépendamment de
l’existence de celui qui l’a écrit - car comment aurait-il pu être
rédigé ? -, il existe encore moins indépendamment de l’existence du
lecteur qui le lit". Après on ne peut pas être d'accord avec la totalité des choses.

D'ailleurs j'ai pas lu tout le texte je l'ai pas trouvé sur le net , il faudrait que je l'achète ou me le procure mais je suis déjà sur plusieurs lectures. Je lis juste un livre qui parle de Barthes et j'ai cherché d'autres informations sur ce philosophe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Littérature] La mort de l'auteur par Barthes   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Littérature] La mort de l'auteur par Barthes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Littérature dite "sentimentale"
» Littérature hispanophone
» BEOWULF : l'épopée fondamentale de la littérature anglaise.
» Edogawa Ranpo (littérature policière japonaise)
» La Littérature en bas-bleus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Amélie Nothomb :: Petite Pause :: Culture-
Sauter vers: